logo_hifi_connect

O2A secteur Quintessence Sublime

Ce câble du constructeur O2A, mis au point, comme tous ceux de la gamme, par l’ingénieur en chef Anna Popova, intègre de nombreux perfectionnements techniques, afin de transporter le courant secteur dans les meilleures conditions possibles, en rendant la liaison exempte de perturbations extérieures, tout en évitant les pertes endogènes. Commençons par les extrémités : là où la plupart des connecteurs sont conçus pour transmettre du courant jusqu’à 16 ampères au maximum, les fiches O2A Oyaide F1 en acceptent jusqu’à 20 sous 250 V !
Leurs contacts au palladium garantissent une excellente conduction, grâce à une très faible résistivité. Le Quintessence Sublime présente une section de 17 mm. La gaine externe emploie du polyéthylène à la finition noir satiné.

Cet élément a subi un traitement thermo-protecteur et anti-UV. En effet, les ultraviolets peuvent affecter, sur le long terme, les performances et la durabilité des matières synthétiques. L’isolation des conducteurs assure une quintuple protection : mécanique, anti-UV, de même qu’électromagnétique, thermique et halogène. Les conducteurs s’appuient sur une structure de cuivre en fil de Litz. Les isolants en PVC de haute qualité bénéficient d’un triple écran réalisé en cuivre OFC traité. Chaque élément a donc été optimisé dans le but d’obtenir les meilleures performances possibles. Le constructeur propose son câble en 1,80 mètre.

Écoute :
Comparé à un câble de qualité courante, l’O2A Quintessence Sublime manifeste sa présence d’une manière sensible, voire flagrante. En effet, la restitution gagne sur tous les plans, si l’on peut dire, car il est réellement question de sauvegarde du relief des plages musicales, mises en valeur par trois vraies dimensions : le Quintessence Sublime conserve la profondeur du message musical. La restitution paraît plus fluide, mieux définie, et l’on constate une plus grande authenticité des timbres, sur tout le spectre audio. Le grave profite de la technologie de ce câble en présentant un très bel équilibre entre bande passante étendue dans le bas du spectre, et définition, matière et tension, comme si l’O2A avait gommé cette impression rétrospective de flou rencontrée précédemment sur un câble lambda. Il n’est nullement besoin de grande sensibilité auditive pour constater l’apport bénéfique du Quintessence Sublime sur la plupart des aspects de la restitution musicale.

Conclusion :
Lorsque l’on se penche sur l’optimisation du raccordement au courant secteur des maillons de chaine Hifi, on n’imagine pas une telle amélioration, à l’écoute, dès lors que l’on emploie un (voire plusieurs) câble(s) haut de gamme tel que le Quintessence Sublime. Si le prix demandé pour ce modèle est assez conséquent, il faut se remémorer la débauche de solutions techniques pertinentes pour que cet O2A puisse accéder à une telle musicalité à l’écoute. S’il ne fait pas partie des câbles les plus chers du marché, ses performances en justifient le prix, comparé à de nombreux concurrents qui ne s’avèrent pas plus efficaces.

  • Longueur : 1,80M
  • Tarif :
  • Fiches Rhodium Shuko/CE 16-20A – Isolation PVC triple écran cuivre OFC : 500 €
  • Fiches Furutech Shuko/CE 16-20A – Isolation PVC triple écran cuivre OFC : 768 €
  • Fiches Oyaide    Shuko/CE 16-20A – Isolation PVC triple écran cuivre OFC : 1 775 €