logo_hifi_connect

 

Il est dit par les propriétaires de l’Audiomat Solfège référence 20 qu’ils sont arrivés à l’aboutissement de leur recherche, de leur quête de l’amplificateur qui sait leur procurer un plaisir immédiat et évident lors de chaque écoute. Cet amplificateur se distingue du reste par sa puissance de 2 x 45 Watts, des composants et un schéma exclusifs et par l’utilisation de tubes KT88. Il offre un réglage de fonction avec une boucle de contre-réaction locale en courant sur l’étage de puissance. Ce réglage le commute en 2 x 25 Watts et lui permet de s’affranchir des plus grandes variations dans les courbes d’impédance des enceintes. Il peut ainsi alimenter toutes les enceintes avec souveraineté et sensibilité. Véritable pièce d’horlogerie, chaque Solfège référence 20 est monté à la main par son concepteur. L’attention aux détails est d’une extrême rigueur, l’amplificateur mettant une semaine à être monté.

La philosophie Audiomat est incarnée dans le Solfège référence 20 : la musique est d’une limpidité cristalline, elle se déploie devant son auditeur pour retranscrire un message articulé et délié, sur lequel tout style musical prend tout son sens. La sensibilité d’une corde de guitare pincée, la puissance et la complexité d’une composition symphonique, le naturel d’une voix humaine : le Solfège référence 20 reproduit l’enregistrement avec exactitude et avec vie, sans la moindre difficulté.

Test d’écoute réalisé par par Lionel SCHMITT :

Après les modèles AlphaArpègeAria, le temps était venu de se pencher sur le cas du modèle Solfège Référence  20, et de voir s’il pouvait  relever tous les défis au travers des différentes épreuves d’écoutes infligées par mes soins.C’est aussi l’occasion de vérifier que ce modèle « inscrit » au catalogue du constructeur Français depuis près de 25 ans était toujours d’actualité car il a été largement optimisé.

Pour être précis, l’amplificateur Solfège Référence 20 coiffe désormais la gamme des amplificateurs intégrés AUDIOMAT :  il a pris la place du RÉCITAL qui a terminé sa carrière à la fin de l’année 2013.

Je pense que tout le monde aura saisi que  cet amplificateur a évolué au cours des années, cependant les « fondamentaux » et la référence sont restés intacts. C’est donc de la toute dernière mouture dont je souhaite vous « entretenir » au travers de ce banc d’essai.

Sur le plan esthétique, ce modèle ne tranche pas avec le style des autres amplificateurs AUDIOMAT, si ce n’est par sa face avant entièrement en aluminium brossé en lieu et place de l’altuglas présent sur les Alpha, Arpège, et Aria. Le capot en U qui protège l’électronique est usiné dans le même matériau. Il contribue à renforcer la rigidité de l’ensemble du « bâti » qui prend pour la circonstance un aspect plus cossu.

Le châssis est constitué d’une épaisse plaque d’aluminium de 3 millimètres dont la rigidité à toutes épreuves le destine à réduire efficacement toute forme de vibrations internes ou externes. Comme tous les produits AUDIOMAT, le châssis repose sur 3 cônes en laiton amagnétique extrêmement pointus afin de limiter la propagation des vibrations par voie solide et, par le fait, assurer l’immunité qui s’impose et dont je me porte garant de l’efficacité. Le concepteur livre avec son amplificateur des coupelles destinées à préserver le meuble ou le support sur lequel l’appareil est posé. Différents essais montrent que le « comportement musical » gagne en efficacité sans ces coupelles.

Les commandes se résument à un potentiomètre de volume motorisé, un sélecteur pour cinq sources haut niveau, une clef « Mute » complétée d’une diode bleue, un sélecteur  de mise sous tension et une seconde diode bleue qui indique que l’appareil est en état de fonctionner. A noter que cette dernière diode bleue clignote tant que l’amplificateur n’est pas « stabilisé ».

Sous la face avant, se cache un petit interrupteur pour le choix du mode de fonctionnement de l’étage de sortie : avec ou sans boucle  de contre réaction locale en courant. Selon le mode choisi, la puissance varie, et la sonorité également.

 

La télécommande usinée dans un bloc d’aluminium massif est du type à infrarouge. Elle pilote exclusivement les fonctions du réglage de volume sonore et la mise en veille (mute) de l’appareil. Via son potentiomètre motorisé d’origine Alps, le volume sonore peut se régler de deux façons : en mode ‘’ normal ‘’, et en mode dit ‘’ précis ‘’ – dans ce dernier cas, le réglage s’effectue beaucoup plus finement pas à pas. Ce principe est astucieux; il fallait y penser. Ce potentiomètre a fait l’objet d’une modification de son impédance d’entrée.

En dépit de son poids significatif, cette télécommande est agréable à utiliser; les touches sphériques étant des micro billes d’aluminium.

La face arrière rassemble les fiches de connexions RCA de très grande qualité directement boulonnées sur le châssis et isolées de celui-ci. On dénombre six paires de fiches : cinq sont destinées aux entrées Ligne haut niveau et la sixième est une sortie fixe pour un enregistreur analogique ou éventuellement un amplificateur casque muni d’un potentiomètre de volume. Dans ce cas précis, AUDIOMAT n’a pas prévu de coupure de système destiné à couper les enceintes acoustiques.

Pour le raccordement des enceintes, AUDIOMAT a mis le « paquet » : six bornes HP d’exception plaquées or par canal vous permettront un large éventail de connexions. Vous pourrez choisir les bornes en fonction de l’impédance de vos enceintes, et même procéder au bi-câblage. Ces bornes acceptent indifféremment un câble nu de forte section, les fourches, et le très pratiques fiches bananes.

Enfin, comme de coutume, soucieux du « bien-être musical » de ses clients, le concepteur a pris soin de repérer la phase secteur de la fiche IEC. Je ne saurais trop recommander de veiller scrupuleusement à bien tenir compte de cette phase secteur : essais à l’appui, une inversion conduirait inévitablement à une musicalité décharnée, déséquilibrée, fade, ce qui serait dommage compte tenu de la « classe de l’appareil ».

Des composants électroniques sélectionnés et triés sur le volet

A l’intérieur du conséquent berceau de forte épaisseur, une seule carte au schéma asymétrique rassemble l’intégralité des composants électroniques. Pour l’étage d’entrée, AUDIOMAT a implanté un tube ECC83S JJ Electronic. Il est suivi par deux tubes ECC99 JJ Electronic pour l’étage driver. Les tubes ECC99 ont une très basse impédance interne (2 KOhms), et ont permis la mise en place d’une boucle de contre-réaction en courant sur l’étage de puissance. Commandée par un interrupteur situé dessous le châssis, à l’angle de la face avant, celle-ci fait chuter la puissance max de 2 x 40 Watts  à 2 x 25 Watts, mais permet à l’appareil de s’affranchir grandement des variations d’impédance des enceintes en fonction de la fréquence. Ce concept permet donc d’extraire également plus d’informations, notamment autour des fréquences de recouvrement du filtre entre les différents haut-parleurs de l’enceinte. En contrepartie, il est déconseillé d’utiliser, en position « 2 x 25 Watts », des enceintes d’un rendementinférieur à 88 db, car la puissance deviendra alors insuffisante pour que la musique « respire » à la pleine mesure de ses possibilités.

« L’animation » de l’étage de sortie est confié à quatre tubes KT88 JJ Electronic qu’il vous appartiendra, le cas échéant, d’implanter sur leurs douilles respectives et numérotées car ils sont livrées dans un emballage à part.

L’alimentation repose sur un transformateur de 350 VA à basse induction et faible courant de fuite complétée d’une série capacités de 2800 μF 450 V électrochimiques + 300 ​μF polypropylène. Ce transformateur est découplé du châssis par résine noire amortissante spéciale. Il est arrimé directement au troisième cône / support de l’appareil.
Cette nouvelle version du Solfège Référence 20 bénéficie d’un condensateur polypropylène, fait sur cahier des charges, en boitier aluminium (aucune vibration) et d’une valeur de 35 μF, directement implanté sur l’étage d’entrée : cette alimentation de grande qualité permet d’extraire plus d’informations dès l’entrée du circuit.

Les transformateurs de sortie sont des classiques « EI » utilisant des tôles recuites (à grains orientés), mais surdimensionnés. Le câblage interne a fait l’objet de toutes les attentions : conducteurs blindés haut de gamme.

Conclusion :

L’amplificateur AUDIOMAT Solfège Référence 20 est le quatrième « opus » qu’il m’ait été offert d’analyser après l’Alpha, l’Arpège Référence 10, et l’Aria. A la clef : un chapelet de surprises. Fruit d’une longue expérience, cet amplificateur vous fera bénéficier d’un Art Musical que je qualifie de grandiose. Il rassemble absolument toutes les qualités pour reproduire la musique de manière réaliste, vivante et attachante.

Synthèse : Musicalité : divine, réaliste, naturelle
Appréciation personnelle : particulièrement enthousiaste
Rapport musicalité – prix : exceptionnel

Test complet : Solfège REF20

AUDIOMAT Solfège Référence 20

Origine : France
Amplificateur intégré à tubes
Puissance : 2 x 40 watts dont 2 x 35 watts en Classe A
Puissance : 2 x 25 watts avec boucle de contre réaction locale en courant
Bande passante : 15 Hz à 60 kHz à – 3 dB
Rapport signal / bruit : non spécifié

5 entrées haut niveau RCA
1 sortie enregistreur

Tarif 2019 : 8200,00 Euros