logo_hifi_connect

Depuis quelques années déjà, la « dématérialisation » a modifié assez radicalement les conditions de stockage et d’écoute de la musique enregistrée. Réseau, USB, Streaming sont venus étoffer le vocabulaire de l’audiophile.

Le phénomène a généré tout un vocabulaire nouveau pour les audiophiles et surtout introduit de nouvelles façons d’écouter la musique, qui viennent s’ajouter aux disques CD et vinyles. Mais il n’a pas modifié le rôle des convertisseurs, il s’agit toujours de convertir un flux numérique codé en un courant analogique amplifiable.
Les nouveautés concernent les désormais multiples voies pour amener ce flux numérique au convertisseur.

Denis Clarisse, avec son nouveau Maestro 3, a su trouver les moyens de renouveler et d’améliorer sa gamme de convertisseurs. L’appareil, avec ses nouvelles entrées, est ouvert aux différents types d’écoutes audiophiles : CD, USB, réseau, streaming.
Voilà en définitive un matériel haut de gamme audiophile très complet, pensé pour durer et destiné aux mélomanes exigeants.

Un travail minutieux a été mené sur la réduction de gigue, le choix des composants et la conception des sorties analogiques. Ces efforts du fabriquant permettent d’obtenir des qualités sonores très élevées, et font du Maestro 3 un appareil exceptionnel de musicalité. C’est tout simplement le matériel le plus musical et polyvalent qui soit passé sur mon système depuis 2 ans, et la liste est pourtant assez longue.

Le Maestro 3 est un convertisseur moderne construit très solidement, véritablement efficace et réellement musical, à même d’apporter des années de très grand plaisir à son propriétaire; il saura enchanter tous les audiophiles, sur tout type de musique, en leur donnant accès à une grande variété d’usages.

Une vraie réussite, et en définitive, un coup de « maestro » !

Le rendu sonore

  • Très grande précision et musicalité
  • Quantité importante de micro-informations
  • Neutralité et respect des timbres
  • Grande richesse harmonique
  • Ecoute dynamique, très vivante, très modulée
  • Présence et scène sonore spatiale et profonde
  • Energie et fluidité dans tous les registres
  • Polyvalence concernant les styles de musique

La technique

  • Grande capacités de décodage, PCM et DSD
  • Diversité des entrées numériques
  • Circuit PLL très efficace sur toutes les entrées
  • Jitter ultra réduit sur toutes les entrées
  • Entrées USB et réseau soignées et optimisées
  • Les alimentations, une spécialité Audiomat
  • Très grande qualité des sorties analogiques dignes d’un vrai pré-ampli.

La connexion USB, avec une norme dite USB AUDIO 2.0 puis 3.0 qui s’est imposée pour ses caractéristiques lui permettant une certaine immunité aux effets néfastes des sources informatiques. Les interfaces externes USB vers AES/SPDIF, ainsi que les interfaces internes permettant d’attaquer directement le convertisseur, se sont petit à petit perfectionnées pour offrir davantage de protections face aux diverses perturbations informatiques et électriques.

La connexion réseau utilise le plus souvent un protocole de communication normalisé, l’UPNP. Elle permet d’acheminer des fichiers numériques au lecteur réseau à partir d’un programme serveur média tournant sur un ordinateur ou un NAS.
Audiomat a d’abord réagi au phénomène de dématérialisation en équipant ses Tempo 2.6, puis 2.7 et Tempo 3 d’entrées USB de plus en plus efficaces, et amenant les capacités de lecture USB jusqu’aux fichiers PCM 24/192.

Mais on attendait un appareil capable d’utiliser une lecture réseau considérée comme la plus immunisée aux divers problèmes engendrés par les systèmes d’exploitation informatiques, au départ non optimisés pour l’écoute audiophile. Un appareil de haut niveau qui pourrait se dispenser des interfaces USB/SPDIF-AES, ou d’un lecteur réseau externe nécessitant une liaison numérique classique, et qui de surcroît pourrait décoder les flux DSD.

PRESENTATION:

Le Maestro 3 objet du présent article peut ainsi être vu comme la réponse d’Audiomat à ces différentes problématiques. Ce convertisseur haut de gamme est désormais ouvert à toutes les sources numériques, dématérialisées ou non.

Le Maestro 3 est donc un convertisseur de dernière génération. Il est alimenté, comme son prédécesseur Maestro 2, d’une très généreuse alimentation externe, afin de protéger les éléments sensibles du convertisseur des éventuelles perturbations électromagnétiques.

Le corps du Maestro 3 pèse 11 kg. Le châssis comme le capot sont en aluminium de 3 mm d’épaisseur. Sa lourde structure est posée sur 3 cônes de découplage. Le capot supérieur est dévissable, et donne accès aux composants internes. La façade en aluminium également de forte épaisseur comprend un écran d’affichage tactile multifonctions. Le Maestro 3 peut être livré en couleur noire.

Face avant :
L’écran tactile présente 17 zones préprogrammées, dont le rôle est indiqué dans la notice accompagnant le Maestro 3.
Il permet de choisir les sources, d’activer/désactiver l’alimentation des entrées USB et réseau. Il sert également à la configuration des filtres numériques et du mode de lecture DSD.

Il peut être coupé/activé à tout moment par une simple pression juste au milieu de l’écran: les amateurs d’écoutes nocturnes intimistes apprécieront. Son utilisation s’est révélée être un jeu d’enfant. Sa sensibilité au toucher est très bien calibrée. Cet écran de contrôle représente une nouveauté pour Audiomat, qui nous avait habitués à une présentation plus classique de ses appareils.

Face arrière :
On y trouve les différentes entrées et sorties. Le Maestro 3 peut disposer de 5 à 6 entrées et offre 2 types de sorties analogiques : XLR et RCA. L’’entrée réseau est en option, et son adjonction peut faire l’’objet d’’un upgrade ultérieur.

L’alimentation séparée :
C’est la source d’énergie, très généreuse, du Maestro 3. Elle contient 2 transformateurs toroïdaux de 100 VA chacun et pèse 3 Kg. Le Maestro 3 Ref va plus loin avec 2 transformateurs de 350 VA chacun pour 11 Kg. La liaison au corps du convertisseur se fait par un câble d’assez forte section et blindé. Un système de sécurité vient verrouiller le branchement à l’arrière du convertisseur.

Construction interne :
Après dévissage du capot en aluminium massif : L’intérieur du Maestro 3 fait apparaître 2 cartes distinctes, pour les traitements numérique et les sorties analogiques.

On peut noter au passage les fortes sections de câbles internes utilisés, et la qualité d’assemblage très soignée. L’ensemble est posé sur une lourde plaque peinte en noir avec une peinture absorbante, et 3 pieds permettant de découpler mécaniquement le convertisseur de son support. Un support en bois de qualité, hêtre abouté ou multiplis de bouleau de Finlande, est fortement conseillé. L’utilisation des petites coupelles de découplage est également recommandée.

Les traitements numériques :
Quelque soit l’entrée utilisée, le flux numérique va être traité par un circuit de « contrôle temporel » ou boucle à verrouillage de phase. Il s’agit ici d’un PLL numérique très efficace.

Le rôle de ce circuit est de réduire au maximum le jitter, c’est-à-dire les irrégularités de cadencement temporel des données numériques pouvant nuire à la qualité de rendu audio. La précision atteinte ici est de 0,3 Picosecondes.

Conclusion :

Le convertisseur MAESTRO 3 n’est assurément pas un convertisseur comme les autres. En marge de sa construction soignée, et de sa mise au point effectuée avec la bienveillance que l’on connaît chez AUDIOMAT, cette machine vous transporte au pays de la musique réaliste et naturellement reproduite. Le contact avec les interprètes, leurs compositeurs, les instruments, l’ambiance des concerts ou des studios de prises de sons sont « phénoménales ». Ce convertisseur a tout pour lui; il fera date dans le monde de la haute fidélité d’exception – qu’on se le dise !.

Test d’écoute réalisé par Lionel SCHMITT : Maestro

 

Tarifs :

MAESTRO 3 – 7200€
MAESTRO 3 avec entrée Ethernet – 9200€
MAESTRO 3 Référence – 10400€
MAESTRO 3 Référence avec entrée Ethernet – 12400€