logo_hifi_connect

QUELQUES MOTS SUR L’HISTOIRE DE LA MARQUE PURE AUDIO

HISTORIQUE
La Nouvelle-Zélande compte un nouveau grand nom parmi les fabricants d’audio haut de gamme.

– PureAudio est la nouvelle création (2010) des designers Gary Morrison et Ross Stevens.

Gary et Ross ont fondé Pure Audio pour fabriquer des produits simples, haut de gamme, qui se focalisent sur l’écoute musicale et rien d’autre. Voulu comme un contre-exemple face à l’intrusion incessante de la technologie dans le design, Pure Audio offre des produits minimalistes, à l’interface épurée, des canaux musicaux électroniques simplifiés, l’utilisation innovante de nouveaux matériaux et procédés, et la crème de la crème en matière de composants pour l’audiophile.

Le choix de la qualité des composants s’est imposé, en se souvenant que c’est en fait l’argent du consommateur que l’on dépense. Pour autant, aucune économie n’a été réalisée sur les composants utilisés, seuls les meilleurs ont été retenus.
Les ateliers sont situés à Wellington, en Nouvelle-Zélande, où vivent Gary et Ross, pour une relation plus proche avec les fournisseurs des différents composants.
– Cette nouvelle aventure s’appuie sur l’expérience des deux fondateurs en matière d’audio. Gary co-fondateur de Plinius a été responsable du son de 1987 à 2004; c’est à lui que l’on doit toute une série d’amplificateurs renommés et primés. De son côté Ross a introduit l’actuelle ligne de design de Plinius, lorsqu’il travaillait aux côtés de Gary, de 2000 à 2004.
Gary avait auparavant dessiné et fabriqué sa propre marque, “Craft Audio” en Nouvelle-Zélande, dans les années 80, et Ross a travaillé chez des fabricants audio tels que B&W, Linn, et chez lui, en Nouvelle-Zélande, chez Perreaux.
Ross a aussi travaillé avec le designer européen bien connu, Philippe Starck, dans les années 90.
– Cette relation privilégiée entre Gary et Ross est basée sur la certitude que leurs compétences sont complémentaires, et proposent des conceptions créatives, mais équilibrées. Les produits audio ainsi proposés sont le fruit d’années de discussions et de débats sur les produits que le marché n’offre pas encore.

Plus d’informations

La PURE CLASSE A

Comment appréhendez-vous l’amplification en classe A lorsque celle-ci est mentionnée? Il est fort probable que vous associerez le terme à un meilleur son. La plupart des amplificateurs les plus musicaux sont de pure classe A, et ce pour de très bonnes raisons. La classe A est un mode de fonctionnement dans lequel l’amplificateur conduit le signal sur l’ensemble du cycle d’une forme d’onde musicale. Il est lisse et continu, parfaitement analogique, et suit exactement la musique. Il est tout à fait fidèle au son original. C’est la forme d’amplification la plus pure. “Classe A pure ” désigne un amplificateur qui fonctionne en classe A jusqu’à sa puissance nominale maximale.

Alors pourquoi tous les amplificateurs n’utilisent-ils pas la classe A ? Beaucoup d’amplificateurs fonctionnent en Classe B, ou même en Classe D. Si la Classe A est meilleure, elle serait universellement utilisée ? Eh bien, la réponse est généralement de nature marketing ou économique. Soit le fabricant veut se vanter d’une puissance très élevée, soit les comptables de l’entreprise ont insisté pour que le coût de fabrication soit le plus bas possible. Chacune de ces options sera probablement exclue de la classe A.

Afin de vous faire bénéficier de ses avantages particuliers, la classe A impose des exigences supplémentaires lors de la conception du produit, des exigences qui s’avèrent également bonnes pour votre musique. Pour que cette perfection soit possible, de la chaleur supplémentaire sera générée. Cela exige davantage d’investissements dans la structure du châssis, qui doit être plus substantiellement construit, et doit avoir un système de dissipation thermique plus efficace. Une qualité de construction plus élevée se traduira généralement par une structure de châssis qui est bien meilleure pour un bon son. En mode Classe A, l’alimentation aura un niveau de consommation de courant plus élevé et constant. C’est bon pour votre musique aussi, mais cela signifie que la conception de l’alimentation électrique doit être conçue de manière plus rigoureuse avec des composants de meilleure qualité. Dans tous les cas, une conception en classe A est plus coûteuse à produire, mais cette dépense supplémentaire contribue directement à la fiabilité à long terme et au résultat final souhaité : votre plaisir de la musique.

La plupart des amplificateurs de notre marché fonctionnent en classe B. La classe B est un mode d’amplification qui utilise un dispositif pour amplifier la partie positive de la forme d’onde et un autre dispositif pour amplifier la partie négative. Comme il y a beaucoup moins de courant dans ces dispositifs que dans la classe A, il y a un transfert entre les deux moitiés à environ zéro volts. Un dispositif est à court de courant et l’autre prend le relais. Cela crée une discontinuité dans la forme d’onde – en d’autres termes, une distorsion. Il existe des techniques utilisées pour surmonter ce problème, mais la classe A le fait mieux en utilisant un courant beaucoup plus élevé et en évitant complètement le problème. Le seul avantage de la classe B est qu’elle fonctionne mieux lorsqu’elle ne fait pas de musique.

Et la classe D ? C’est le mode dans lequel certains des nouveaux produits fonctionnent. La sortie passe rapidement d’une tension positive à une tension négative, le temps passé à chaque limite étant proportionnel à l’amplitude de la musique à un moment donné. Ceci est très efficace (très peu de chaleur est générée) et permet la fabrication à faible coût de produits de forte puissance. Cependant, il y a de nombreux pièges dans le processus de conversion de votre signal de musique analogique d’origine en un signal numérique de grande puissance à commutation rapide. Un filtrage substantiel est nécessaire pour éliminer les résidus de commutation. Il est très difficile d’obtenir le tout meilleur résultat musical.

Qu’est-ce qui motive ces choix sur le marché ? En général, la réponse est le marketing. Les spécialistes du marketing de notre industrie adorent trouver des moyens de rendre les produits plus attrayants pour les consommateurs, et c’est pourquoi nous avons assisté à une course sans fin pour l’obtention d’une puissance supérieure. Une puissance élevée, c’est mieux ! Mais la classe A est aussi un grand mot à la mode et vous voyez donc cette tendance s’infiltrer dans le matériel de marketing. Haute puissance et classe A, qu’est-ce qui pourrait être mieux ? La vérité, c’est que la puissance élevée et la classe A s’excluent mutuellement. Il est relativement facile d’atteindre la classe A dans des châssis simples jusqu’à environ 100 watts, mais au-delà, cela devient extrêmement difficile à cause de la chaleur. Un certain nombre de “trucs” ont été utilisés pour revendiquer à la fois puissance élevée et pure classe A. Bien qu’il soit parfaitement correct de polariser un amplificateur en classe A partielle tout en permettant une puissance supplémentaire pour une brève pointe transitoire, cela se fait souvent sans que les véritables paramètres de fonctionnement ne soient clairement indiqués. Généralement l’amplificateur est considéré comme étant de classe A “pure”, mais ne fournit des performances de classe A que jusqu’à un pourcentage de sa puissance de sortie. D’autres schémas ont été inventés qui font varier le fonctionnement de l’amplificateur en classe A en fonction du niveau sonore de la musique. L’idée est que ne travaillant en Classe A qu’en fonction de la puissance nécessaire à un moment donné, cela permet d’éviter de la chaleur. Cela amène la musique à faire varier les paramètres de conception de l’amplificateur et introduit à son tour d’autres formes de distorsion.

Comment déterminer la réalité ? C’est vraiment facile, il suffit de demander quelle est la consommation d’énergie de classe A de l’amplificateur lorsqu’il n’y a pas de musique en cours de lecture. Prenez le nombre qui vous est donné (Watts) et divisez par deux pour un amplificateur mono, ou par quatre pour un amplificateur stéréo. Le nombre que vous obtenez est la puissance maximale que l’amplificateur pourrait fournir en pure Classe A sans tricherie.

Il est donc intéressant de connaître la quantité de chaleur générée par un amplificateur de classe A pure. Typiquement, la consommation d’énergie par canal en pure classe A est au moins le double de la puissance de sortie nominale de l’amplificateur. Un amplificateur de puissance stéréo de classe A de 200 watts par canal doit se débarrasser de 800 watts de chaleur au ralenti. Et il doit le faire en toute sécurité. La température de toute surface exposée d’un dissipateur thermique devrait idéalement être inférieure à 55 degrés C. 800 watts de chaleur est proche de celle générée par un radiateur de 1 kW. Pensez à un convecteur rempli d’huile et à la taille de celui-ci pour dissiper cette quantité de chaleur en toute sécurité. Une puissance élevée en pure classe A signifierait des amplificateurs de très grande taille.

C’est à cause de cette chaleur que tous les amplificateurs de pure classe A de taille raisonnable ont été et sont de puissance inférieure. Typiquement 20-80 Watts de puissance de sortie par canal en 8 Ohms. Cela peut sembler trop peu de puissance, mais soyez assuré qu’une puissance élevée n’est pas nécessaire dans la plupart des foyers, malgré ce que les gens du marketing nous ont persuadés de croire.

Une dernière remarque sur la classe A. A moins qu’il n’y ait quelque chose de très inhabituel dans la conception, tous les préamplificateurs fonctionnent en classe A. Aux faibles puissances trouvées dans les préamplificateurs, il n’y a pas de chaleur à gérer, et aucune raison pour que la conception du préampli soit dans un autre mode que la classe A. Quand vous voyez un fabricant proclamer fièrement que son préamplificateur fonctionne en classe A, demandez-vous pourquoi il ressent le besoin de le dire. Ces fabricants se fient-ils davantage au battage médiatique qu’à la confiance en toute honnêteté pour vendre leurs produits ?

Nous vous encourageons à essayer nos amplificateurs de puissance monobloc Reference. Faites l’expérience de la pureté du son qu’un vrai produit de classe A peut offrir. Que la musique règne en maître !

SYMÉTRIQUE ou ASYMÉTRIQUE ?

Vous vous êtes peut-être demandé pourquoi les produits Pureaudio ne permettent pas de connexions symétriques et ne s’appuient que sur des connecteurs RCA asymétriques. La réponse est simple : nous voulons offrir le meilleur son possible. Tout simplement.

Pourquoi sommes-nous différents d’une grande partie du marché dans ce domaine ? Le marché de l’audio haut de gamme est plein de produits avec des connecteurs symétriques, et est plein d’explications sur les raisons pour lesquelles le symétrique est mieux. La plupart du temps, c’est une question de dogme. Le marché a été persuadé que le système symétrique est meilleur, et cette croyance est devenue tellement enracinée que personne ne remet en question sa logique. Il est certain que des connexions symétriques peuvent mieux rejeter le bruit, et nous admettons que, dans certains cas, le son peut sembler meilleur. Considérez cependant que le rejet de bruit si souvent revendiqué comme un avantage n’est évident que dans les environnements difficiles sur de longues distances…. typiquement dans les studios professionnels et l’utilisation en sonorisation, et offre rarement, voire jamais, un avantage dans un système domestique. Bon nombre des arguments qui prétendent à une meilleure réduction du bruit sont techniquement imparfaits, même s’ils semblent bien argumentés. De même, la possibilité d’un meilleur son…. si un système a des dispositifs de mise à la terre mal conçus, alors un système symétrique peut offrir un meilleur son. Il y parvient en surmontant les carences de conception interne de l’équipement. Cependant, si la mise à la terre est conçue de manière optimale, les connexions symétriques n’offriront aucun avantage sonore et pourraient même être contre-productives.

Dans nos produits, une grande partie de l’effort de conception a été consacrée à la simplification des trajets des signaux et à l’optimisation de l’alimentation électrique et des circuits de mise à la terre. Des parcours de signaux plus simples, s’ils sont bien faits, offriront des avantages sonores significatifs. Moins de dispositifs sur le trajet du signal signifie moins de chance que la musique soit dépouillée de sa magie. Une meilleure conception de la terre et de l’alimentation électrique signifie moins de corruption du signal. Tout simplement.

Dans les produits offrant des connexions symétriques, le compromis est imposé au concepteur en raison de la nature du signal symétrique. Deux phases sont portées, et donc deux fois plus de circuits sont nécessaires pour alimenter l’interface. De plus, pour tirer parti de l’avantage du circuit symétrique, il doit y avoir un très haut niveau de précision dans la conception du circuit. Le faire avec sérieux est très exigeant et mettra au défi le meilleur concepteur. De bons résultats ne seront obtenus qu’avec un circuit très complexe contenant de nombreux composants. La plupart opteront plutôt pour la simplicité d’un circuit intégré. Cela fera le travail au détriment de la pureté du son. D’autres peuvent utiliser des transformateurs. Cette solution peut sembler bonne, mais elle est coûteuse et n’est donc pas souvent utilisée. Enfin, il y a ceux qui ne font que de ” l’embellissement “. Les appareils sont équipés de connecteurs XLR symétriques, mais à l’intérieur, la broche de signal antiphase est juste connectée à la terre. Il s’agit d’une connexion asymétrique se faisant passer pour une connexion symétrique. C’est effectivement fait, et sur certains équipements assez coûteux. Vous, le client, ne le saurez jamais. C’est le prix du dogme, généralement dicté par les services marketing et les contraintes budgétaires.

Nous croyons que notre approche est la meilleure, mais s’il vous plaît, comme toujours, utilisez vos propres oreilles pour prendre votre décision. Ce qui vous semble le mieux, dans votre système, avec votre musique, c’est ce qui compte le plus. Évitez les dogmes.

Gary Morrison

– Vous pouvez suivre les progrès réalisés par Gary et Ross sur Twitter
(www.twitter.com/pureaudio), ou les contacter sur leur site Internet :
www.pureaudio.co.nz

Gary Morrison
gary@pureaudio.co.nz
www.pureaudio.co.nz
www.twitter.com/pureaudio
www.pureaudio.tumblr.com